L'état de nos travaux

Deux de nos dossiers, appartenance (territoire) et autonomie (santé), sont à un stade avancé, les autres sont à l’état d’ébauche, à divers degrés. Tous sont perfectibles.

La résilience civique du Québec…

Les grandes commissions d’enquête et les grandes opérations policières appellent un remède.

Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau!  Les Québécois pourraient sortir plus avilis de cette interminable confession spectacle, voire même ruinés. L’avilissement d’un peuple peut en effet le conduire à la ruine. À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères?

Autonomie (Santé)

Autonomie, comme dans perte d’autonomie. Si l’on en croit le discours public en effet, on ne s’intéresse aujourd’hui à l’autonomie qu'au moment de la perdre, ou plutôt au moment où l’on achève de la perdre. Car la perte de cette précieuse qualité commence très tôt et, comme elle est indolore, nous sommes les derniers à en avoir conscience. Elle commence par exemple quand on boit selon la consigne médicale plutôt que quand on a soif. Voici à ce propos l’histoire d’une grande découverte médicale récente

Appartenance (Territoire)

La pollinisation est une autre belle image de l’appartenance. Dans une communauté humaine riche, la pollinisation est assurée par la multitude de ces brèves rencontres qui ponctuent la vie quotidienne: à la maison, au marché, au bureau de poste, à l'école, à l'église, au parc, dans la rue, à la librairie, au restaurant. Chaque fois qu'un de ces lieux disparaît, des liens d'appartenance se brisent.

Souscrire à Le citoyen québécois RSS